Thème(s) :

Une pincée de sel?

« Que votre parole soit toujours accompagnée de grâce, assaisonnée de sel, afin que vous sachiez comment il faut répondre à chacun. » Colossiens 4:6

Comme plusieurs d’entre vous le savent, le mot salaire dérive des mots sel et saler.
En fait, dans l’Antiquité, les légionnaires romains recevaient, en plus de leur solde, un bloc de sel, ce qui en dit long sur le caractère précieux de ce condiment.

Sur le plan sanitaire, l’excès de sel provoque diverses maladies mortelles dont par exemple l’hypertension artérielle mais le manque de sel (et plus précisément d’iode) est également dangereux et provoque, en particulier chez l’enfant, des retards de développement du cerveau (il en faut juste une très faible quantité pour y remédier).

Le sel sert à conserver les aliments mais une trop grande quantité ronge la peau, les membres et les organes des êtres vivants.

La citation de Matthieu chap. 5 v. 13 nous parle un peu de cuisine mais pas uniquement.
« Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on?
Il ne sert plus qu’à être jeté dehors, et foulé aux pieds par les hommes »

Même si le sel ne constitue pas l’essentiel d’un repas (Vous a-t’on déjà invité en vous disant : « Viens chez moi, j’ai fait un bon plat de sel ; on va se régaler ! »? – Plaisanterie entendue, personnellement pour la toute 1ère fois, dans la bouche de M. Guy Valleray, pasteur adventiste martiniquais ayant exercé notamment aux Antilles et en Afrique.- ), il est néanmoins indispensable pour exhausser le goût d’un plat, quand bien même s’agit-il d’une fine pincée.

Nous pouvons connaître les différentes règles de savoir vivre, professer de grands principes de justice, de fraternité voire de religion ou être dans notre bon droit ; si nous le faisons sans attention à l’égard d’autrui, sans affection, sans respect profond et sans sincérité, alors la cause que nous défendons, aussi juste et belle soit-elle, devient (ou demeure) sans saveur, insipide…voire injuste ou inéquitable en pratique car bien éloignée de la théorie en réalité.

Puissions-nous être ce sel, naturellement riche en iode et paré de toutes les vertus, répandu dans des proportions idéales, pour nous même et pour tous ceux qui s’approchent de nous !

A ce propos, ci-dessous le conseil de Paul dans son épître aux Colossiens au chap. 4 v. 6
« Que votre parole soit toujours accompagnée de grâce, assaisonnée de sel, afin que vous sachiez comment il faut répondre à chacun. »

Bonne journée à tous.

P.S : Et si des escargots, véritables parasites de « pwofitasion » dévorant les jeunes pousses fragiles grandissant près d’eux, venaient à évoluer à nos côtés, puissions-nous avoir sur eux et leurs méfaits le même effet que le sel a sur ces mollusques.

Auteur(s): Olivier REGIS