Thème(s) :

Une énergie (éternellement) renouvelable

« Comme le Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie. Après avoir dit cela, il souffla sur eux et leur dit : Recevez l'Esprit saint. » Jean 20:21,22 (NBS)

Entre Pâque et l’Ascension, Jésus ayant déjà « tout accompli1 » n’a plus grand-chose d’autre à faire sur terre que convaincre ses disciples de sa résurrection et les instituer dans leurs nouvelles fonctions d’envoyés et de témoins. L’évangéliste Jean rapporte ces paroles et ce geste de Jésus : « Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie. Après avoir dit cela, il souffla sur eux et leur dit : Recevez l’Esprit saint2. »

Quelle scène poignante ! Le corps du Ressuscité n’appartient déjà plus à ce monde, sa matérialité – si matérialité il y a – est d’un autre ordre. On ne le touche plus : Marie-Madeleine en est empêchée3, Thomas y est invité mais ne semble pas oser le faire4. Il peut se rendre visible mais les apparitions cesseront bientôt et les futurs croyants en l’Invisible reçoivent une bénédiction spéciale : « Parce que tu [Thomas] m’as vu, tu es convaincu ? Heureux ceux qui croient sans avoir vu5 ! »

Ce corps de l’au-delà offre une dernière manifestation physique à ses disciples, un dernier souffle, un souffle à la frontière du matériel et de l’immatériel, un souffle qui coupe leur vie en deux : il y a l’avant, la vie à l’école du Jésus terrestre, et il y a l’après, la vie dans la lumière du Saint-Esprit.

Un rapprochement s’impose avec un autre souffle fondateur, celui du Créateur : « Le Seigneur Dieu façonna l’homme de la poussière de la terre ; il insuffla dans ses narines un souffle de vie, et l’homme devint un être vivant6. » En soufflant sur ses disciples son souffle de vie ressuscitée, Jésus s’identifie au Créateur originel et crée une vie nouvelle. De l’être vivant fruit de la terre et de l’haleine divine, Jésus fait un être spirituel, animé du Saint-Esprit.

Il ne s’agit pas d’une transformation visible, qui changerait la forme du visage, la couleur du sang ou la consistance de la peau. Nous sommes dans l’ère de l’invisible, bénie par le Christ – « heureux ceux qui croient sans avoir vu ». Mais même invisible, même impalpable, même non quantifiable, même immatérielle, la transformation n’en est pas moins réelle.

Fruit de l’Esprit saint, le disciple inhalant le souffle de Jésus n’est plus l’homme incapable de comprendre le Maître, de le suivre, de lui rester fidèle, même de le connaître7, comme sont décrits les Onze à la veille de la Pâque. Il devient l’envoyé du Seigneur, son digne représentant, pleinement investi de son autorité : « Recevez l’Esprit saint. À qui vous pardonnerez les péchés, ceux-ci sont pardonnés ; à qui vous les retiendrez, ils sont retenus8. » Un tel pouvoir divin de pardonner les péchés confié à des hommes pourrait être inquiétant, s’il n’était directement lié à la présence de l’Esprit. Jean veut plutôt souligner ici la puissance créatrice de Jésus : ses disciples l’ont tous abandonné, voire renié, mais ces mêmes disciples, recréées par le souffle du Ressuscité, habités par le Saint-Esprit, sont purifiés de leur passé et investis de l’autorité d’en haut. Ils sont désormais unis à Dieu-Jésus aussi puissamment que le Père est en Jésus et que Jésus est en son Père9. C’est cette union-là, et elle seule, qui génère assez de force pour rendre le pardon possible.

Quel souffle ! quelle vie ! quelle énergie ! quelle puissance !

Jésus souffle l’éternité dans le cœur et dans le corps de ses disciples. Comme le vent, le souffle divin est une énergie disponible en permanence, naturellement renouvelable à l’infini, inépuisable. Il crée une vie renouvelée, spirituelle, qui fait entrer de plain-pied dans l’au-delà du Ressuscité, dans l’économie du pardon.

  1. Jean 19.30, Segond.

  2. Jean 20.21,22, Nouvelle Bible Segond.

  3. Jean 20.17.

  4. Jean 20.27-29.

  5. Jean 20.29.

  6. Genèse 2.7.

  7. Voir Pierre ou Philippe en Jean 13.7,36 ; 14.9 ; voir aussi Jean16.12,32.

  8. Jean 20.22,23.

  9. Voir la prière de Jésus en Jean 17.21.

Source: tiré du magazine Signes des Temps (Editions Vie et Santé)
Auteur(s): Corinne EGASSE