Thème(s) :

Un don précieux

« Car il donne à l`homme qui lui est agréable la sagesse, la science et la joie. » Ecclésiaste 2:26

Les émotions ont un effet sur notre santé ! Quand nous cultivons l’inquiétude, la peur, la colère, la critique et la rancune, cela produit un stress qui maintient le corps en état de défense face à un danger. Cet état de défense active le système immunitaire. Si cela persiste, le système immunitaire s’épuise rendant ainsi la personne sensible aux maladies. En revanche, ceux qui cultivent des émotions positives telles que le rire, le plaisir, la joie de vivre, l’amour, la chaleur humaine et l’enthousiasme, produisent un état de bien-être physique qui se ressent dans le corps entier et leur santé est meilleure. Des chercheurs britanniques ont fait une étude sur un aspect peu documenté : l’effet des sentiments positifs, comme le bonheur ou la joie de vivre, sur la biologie humaine. Le constat est sans appel, les tests ont révélé une présence douze fois plus grande de fibrinogènes (protéines du plasma sanguin qui se transforment lors de la coagulation et contribuent à la formation de caillot), chez les sujets les moins heureux, que chez les plus joyeux. En trop grande concentration et sur une longue période, le fibrinogène augmente considérablement le risque de troubles cardiovasculaires. Les participants les moins heureux avaient en moyenne un taux de cortisol sanguin de 32 % supérieur à celui des plus heureux. Cette hormone, lorsqu’elle est sécrétée à l’excès peut contribuer à l’émergence de différents dérèglements corporels, comme l’affaiblissement du système immunitaire, ainsi que l’accélération du vieillissement et l’apparition d’ulcères. Les chercheurs ont aussi observé que le pouls était moins élevé chez les hommes les plus heureux. La joie est un don reçu de Dieu. Comme tous les dons, il doit être cultivé, pratiqué et partagé. Il est de notre devoir en tant qu’enfant de Dieu d’être dans la joie. Ceci n’empêchera pas d’avoir des coups de «blues». Dans le jardin de Gethsémané, Jésus a connu l’angoisse et le stress : « Etant en agonie, il priait plus instamment, et sa sueur devint comme des grumeaux de sang qui tombaient à terre » (Luc 22 : 44). Cela peut arriver à n’importe qui ! Cependant, gloire soit rendue à Dieu qui écoute nos cris et n’hésitera pas à nous secourir : « Alors un ange lui apparut du ciel, pour le fortifier » (Luc 22 : 43). Merveilleuse espérance! Je suis dans la joie car mon Seigneur ne me laissera pas dans la fosse, il viendra me secourir certainement.

Auteur(s): Yohann GAVEAU