Thème(s) :

Un Caractère inébranlable dans un monde troublé.

« Je rendrai les hommes plus rares que l’or fin, je les rendrai plus rares que l’or d'Ophir. C'est pourquoi j'ébranlerai les cieux et la terre sera secouée sur sa base ». Esaïe 13 : 12, 13.

Nous connaissons tous des gens que rien ne peut ébranler dans leur foi chrétienne. Nous en avons connu d’autres qui ont perdu la foi. Dans notre foi et dans notre position de chrétiens, nous aimons à croire que nous sommes de ceux que rien ne peut ébranler. Pour tous, les derniers jours seront un test décisif : tout ce qui peut être secoué sera secoué.
Que pensez-vous donc qu’il vous arrivera alors ? Quand devient-on inébranlable ? Nous ne pouvons pas vivre en nous appuyant sur des hommes en vue et sur leurs opinions. Certaines positions changeront ; certaines ne changeront jamais. En ce qui concerne les premières, il nous faut être disposé à tout examiner à la lumière de la Parole de Dieu, dont l’autorité est fondée sur sa divine origine. C’est cela qui la rend inébranlable. Parce que Dieu tient toujours parole, les promesses et les prophéties de la Bible sont véridiques. Pour établir en nous la foi, le Saint-Esprit travaille au moyen de la Parole de Dieu et en harmonie avec elle. Grâce à lui, nous vivons des expériences qui ne peuvent s’expliquer que si la Bible est la Parole de Dieu. Quand nous prenons au sérieux Jésus-Christ et sa Parole, il nous faut accepter d’être personnellement impliqués : ce que Jésus a dit, enseigné et pratiqué devient alors notre affaire personnelle. Il existe toujours la tentation de se tenir à distance. Le Saint-Esprit nous montre que notre salut, notre justification, notre obéissance sont à considérer d’urgence ; nous n’avons plus envie de rester hésitants, dans l’attente d’un moment prétendument plus favorable, celui où nous aurons résolu tous les problèmes et où nous aurons trouvé réponse à toutes les questions. Si nous continuons à soulever des questions et à manifester des doutes, nous finirons par ne plus nous sentir impliqués personnellement. Aussi faut-il nous assurer que notre discussion de la vérité n’est pas une couverture pour notre manque de profondeur spirituelle, qu’elle n’est pas un refus de voir les choses en face. La vérité ne sauve que si elle nous conduit à une consécration personnelle. Sans cette consécration, les choses se détériorent jusqu’au point où nous sommes satisfaits de nos discussions vides et de notre manque de consécration. Laissons le Saint-Esprit sonder notre vie ; cherchons la volonté de Dieu, et obéissons-lui dès que le Saint-Esprit nous convainc.

Auteur(s): E. HEPPENSTALL