Thème(s) :

Sortir de la symétrie de la violence

« Faites du bien à ceux qui vous haïssent, bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous injurient... » Luc 6:27,28

Face à toute violence, dont la colère et l’animosité font partie, il est urgent de sortir de la symétrie ! Quoi de plus surprenant pour quelqu’un qui pense enfoncer un mur que de se retrouver face à une ouverture ? Opposer la douceur à la fureur peut être une voie d’éveil pour l’agresseur.

Quelqu’un qui agresse est en réalité quelqu’un de faible qui est dominé par ses peurs ou ses doutes. Le considérer comme tel nous aide à sortir d’une réponse émotionnelle en prenant un peu de distance ou plutôt de hauteur, puis permet de proposer une attitude apaisante pour aider l’agresseur à orienter son combat contre sa propre peur.

La démarche est donc de tout faire pour apaiser la peur de l’autre, pour lui permettre aussi d’être confronté à sa propre violence, sans rentrer dans le même mode d’expression qui ne ferait que la conforter. C’est aussi lui donner une nouvelle chance de se libérer de sa propre chaîne. Pas facile, j’en conviens, mais souvent payant !

Ainsi, dans ce même esprit et afin de sortir de la logique et de la symétrie de violence, Jésus propose à celui qui est frappé à la joue droite de tendre l’autre. Par masochisme ? Certainement pas ! Comme le disait la psychanalyste Marie Balmary, le masochisme serait de présenter la même joue pour que l’agresseur frappe à nouveau. La sainteté est de présenter l’« autre » joue pour que l’agresseur s’éveille ! Et surtout pour lui donner l’occasion de repartir non sur un échec mais sur une victoire. C’est lui donner la possibilité de retrouver sa dignité et de repartir la tête haute.

De plus, c’est s’offrir la possibilité de sortir grandi et affermi dans la maîtrise de ses propres émotions… C’est donc l’occasion de développer une douce, salutaire, bienfaisante et saine fierté !

Source: Adapté du livre "Aube Nouvelle" (www.viesante.com)
Auteur(s): Thierry LENOIR