Thème(s) :

Si peu de temps!

« Souviens-toi de ton créateur pendant les jours de ta jeunesse. » Eccl. 12 : 3.

Récemment on m’a parlé d’un film, dont la première image montre un petit garçon jouant avec un bateau à voiles et un train : « Trop petit pour penser à Dieu », dit. le sous-titre. L’image suivante montre le garçon plus grand et pratiquant un sport ; sous-titre : « Trop occupé pour penser à Dieu ». Puis on voit ce garçon, devenu jeune homme, faire son chemin dans le monde ; sous-titre : « Trop indépendant pour penser à Dieu » ; tenir sa fiancée par l’épaule : « Trop heureux pour penser à Dieu ». Plus tard, avec des responsabilités de chef de famille : « Trop sollicité pour penser à Dieu ». Au passage, on le voit au lit : « Trop fatigué pour penser à Dieu ». Homme d’affaires aux nombreuses responsabilités : « Trop de soucis pour penser à Dieu ». Usé par l’âge et le travail : « Trop vieux pour penser à Dieu ». Enfin, sur sa pierre tombale assaillie par les mauvaises herbes, on lit : « Trop tard pour penser à Dieu ! »

Le temps appartient à Dieu. Il nous est confié seulement pour que nous en fassions bon usage. Dieu peut nous en demander compte à chaque instant. Les gens prétendent qu’ils peuvent faire de leur temps ce qu’ils veulent. Ils oublient que Dieu tient en main notre destinée après la vie. Nous gardons le sabbat du septième jour selon le commandement : c’est le jour du Seigneur. Dieu est le Seigneur du temps comme il est le Seigneur du sabbat. C’est vrai aussi de nos biens : comme notre temps, ils n’existent pas en dehors de Dieu, et nous les quittons à notre mort. Nous avons assez de temps pour le passer avec Dieu : c’est lui qui nous met en possession de tout ce temps et de tout cet argent. Chaque sabbat nous nous réunissons pour adorer Dieu et nous disons : « Merci, Seigneur, de nous donner le temps de t’adorer ! » Nous sommes résolus à reconnaître le Christ comme le Seigneur de tout le temps que nous avons, et nous ne voulons pas de temps sans lui. Garder le sabbat signifie que nous n’avons aucun désir d’utiliser notre temps à notre fantaisie, car l’éternité avec Dieu est toute proche. Alors seulement le temps maintiendra sa fraîcheur et sa jeunesse éternelles. Il n’en est pas ainsi du temps sans Dieu. Il n’offre pas cet avenir qui est un sabbat éternel avec Dieu. Dire que le temps n’appartient pas à Dieu, c’est rejeter son dessein pour notre vie. Il nous faut racheter le temps et vivre comme des gens responsables devant Dieu.

Source: DIEU ET MOI / Editions Vie et Santé
Auteur(s): E. HEPPENSTALL