Thème(s) :

Sel de la terre, lumière du monde.

« Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on ? Il ne sert plus qu'à être jeté dehors, et foulé aux pieds par les hommes. Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée » Matthieu 5:13,14

Les temps, dit-on, ne sont pas favorables au christianisme. « L’Évangile a passé », proclamait même Rimbaud, il y a plus de cent années. Avons-nous, nous chrétiens, encore une place en ce monde ? Quelle tâche peut-être la nôtre dans une société qui n’entend parler que difficilement des choses de la foi ?

Notre Seigneur nous dit : « C’est vous qui êtes le sel de la terre » (Matthieu 5.13). Le sel est ce qui donne du goût aux aliments ou qui, plus précisément, relève le goût. Sans sel, un plat peut être fade, rebutant même. Sans sel, un repas peut n’avoir aucun intérêt. Nous sommes là, nous disciple du Christ, pour apporter un supplément au monde, pour lui donner le goût qu’il a perdu, ou qu’il n’a jamais eu. Autrement dit, Jésus nous mandate pour rendre la vie des autres plus belle.

Mais nous sommes aussi « la lumière du monde » (Matthieu 5.14). Nos sociétés désorientées sont en profonde recherche de repères véritables, comme le serait un homme qui aurait subitement perdu la vue. Jésus nous assure que, par son entremise, nous pouvons et nous devons éclairer nos semblables. La lumière est ce qui permet de ne pas heurter des objets blessants, de ne pas tomber dans les ravins qui parsèment notre route, mais aussi qui permet d’apprécier les beautés de la nature.

Nous avons donc, en tant que disciple de Jésus-Christ, une place dans ce monde : celle de refléter sa lumière, afin que les gens « voient (nos) belles œuvres et glorifient (notre) Père qui est dans les cieux » (Matthieu  5.16).