Thème(s) :

Rien de neuf…

« Y a-t-il une chose dont on dise : Vois ceci, c’est nouveau ! Elle était déjà bien avant nous. » Ecclésiaste 1:10

Qui ne s’est jamais écrié en feuilletant le tout nouveau catalogue présentant la dernière tendance de la mode vestimentaire : « Incroyable ! C’est ce que je mettais il y a plus de vingt ans ! » ?
Qui n’a contemplé une œuvre d’art préhistorique en murmurant songeur, tout en se tournant vers un tableau de Picasso : « Décidément, il n’y a rien de nouveau sous le soleil ! » ?
Qui n’a un jour découvert sa vérité toute neuve et, fier de cette découverte, la partage à la ronde, pensant soulever l’enthousiasme général, pour se heurter à l’indifférence blasée de ceux qui entendent une évidence ?
Qui, face aux combats et aux défis de la vie, ne réalise avec agacement, en tournant les pages de l’histoire de l’humanité, que le chemin qu’il croyait innover est déjà labouré par des siècles de prédécesseurs ?
Qui n’a jamais ressenti un goût d’amertume en constatant avec lassitude qu’il n’y a vraiment rien à innover en ce monde ?

Salomon enfoncerait-il, une nouvelle fois, un clou blessant dans la fragilité de notre âme ? Bien au contraire ! Une fois de plus sa parole est source de liberté. Juste après avoir démasqué l’utopie de la course à la nouveauté, il dénonce l’illusion de penser que l’expérience du passé puisse profiter à l’avenir : « Il n’y a pas de souvenir du passé, et ce qui sera dans l’avenir ne laissera pas non plus de souvenir chez ceux qui viendront par la suite. » (1.11) Autrement dit : il est inutile et vain de chercher à tout prix à laisser des traces de son passage, car elles seront de toute façon effacées par le temps qui passe. Combat inutile… Energie gaspillée…
Chaque génération s’agite ainsi sans arrêt, sans réel profit, sans progrès véritable. Elle est en outre dans l’impossibilité de transmettre à celle qui la suit l’expérience qu’elle a acquise. Nous voyons avec effroi des idéologies meurtrières d’il y a à peine deux générations resurgir de nos jours, comme si l’humanité n’avait rien appris de leur poison. C’est que, comme le pense l’Ecclésiaste, l’oubli ensevelit ce qu’a vécu la génération précédente. C’est pourquoi il en sera de même après nous.

Fort de ce désir de laisser des traces, un disciple de Jésus lui fit un jour fièrement remarquer les belles pierres et les ornements qui faisaient la gloire du temple de Jérusalem. Symbole de ce que l’homme peut laisser comme marques sacrées de son passage. Jésus répondit : « Vois-tu ces grandes constructions ? Il ne restera pas pierre sur pierre qui ne soit renversée… » (Marc 13.1, 2)
Les œuvres humaines disparaîtront, érodées par le vent, rongées par l’air, anéanties par le fanatisme… C’est sûr ! Ce qui perdure ce n’est pas la trace, mais l’élan de l’audace créatrice. C’est pourquoi l’homme spirituel ne se soucie guère de laisser des traces. Peut-être aussi est-ce parce qu’il est devenu si léger qu’il s’est déjà rapproché du ciel…

Ainsi, les paroles de l’Ecclésiaste ont la saveur de ces aliments qui, au premier contact, agacent les papilles gustatives puis, lentement, paisiblement, se mettent à dégager un parfum d’une bienfaisante douceur. Parce qu’il faut bien le reconnaître : cette course intrépide à la nouveauté est épuisante et ce besoin de marquer notre passage pour laisser des traces dans l’avenir nous prive de goûter à la simplicité et à la saveur de l’instant.
Pourquoi donc nous fatiguer à croire que seule la réalisation de la nouveauté dans notre existence offre des perspectives et du sens à la vie ? Pourquoi nous épuiser à démontrer qu’il n’y a que ce que nous laissons derrière nous qui donne raison à notre présent et à notre existence ?
Comme si nous devions absolument par ces démarches prouver et justifier notre place sous le soleil ! Vaine course, vain combat…

Cessons de croire à la nécessité de croquer du nouveau pour que la vie ait de la saveur.
Quittons ce besoin fébrile et inquiet de laisser des traces de notre passage.
Vivons plutôt les yeux grands ouverts sur notre présent.
Cessons de voyager dans cette vie comme ces touristes qui traversent en car une somptueuse contrée de montagnes, de rivières, de lac… volets baissés ! Etrangers et aveugles au paysage qui défile. Leur seule préoccupation est de se chamailler afin de disposer de la place la plus confortable, celle qui est la plus en vue et qui reçoit les honneurs de la foule. Et c’est ainsi jusqu’à la fin du voyage.
Goûtons le bonheur simple de la contemplation, de la compagnie des amis, de l’éveil à la vie qui nous entoure.
Puis observons dans notre journée toutes nos actions qui sont polluées par le désir d’attirer l’attention, de recueillir l’approbation, le succès, la popularité, le pouvoir, l’admiration face à nos innovations. Toutes ces quêtes épuisantes pour la réussite, pour la célébrité, pour devenir quelqu’un.

Combien s’agitent autour de nous pour gagner le monde, la notoriété et la reconnaissance… et en souffrent, car leur vie est vide et sans âme. C’est à eux que Jésus dit : « A quoi servira-t-il à un être humain de gagner le monde entier, s’il perd son âme ? » (Matthieu 16.26)

Source: Thierry Lenoir© 2013
Auteur(s): Thierry LENOIR