Thème(s) :

Que valez-vous aux yeux de Dieu ? – I

Les hommes me seront plus précieux que l'or fin ; oui, plus précieux que l'or d'Ophir. Es. 13 : 72, Segond révisée

L’âme humaine est beaucoup plus précieuse que tout l’or d’Ophir dont Salomon recouvrit le sanctuaire, à Jérusalem.  Un poète comme Longfellow pouvait prendre une feuille de papier sans valeur, y écrire un poème et lui donner ainsi une très grande valeur. Il suffit qu’un Rockefeller signe un papier pour lui donner une valeur de plusieurs millions. Voilà ce que c’est que le capital. Un gouvernement peut, sur un morceau de métal, graver un symbole qui lui donne la valeur de dix ou de cinquante euros. Voilà ce que c’est que l’argent. Un peintre peut acheter une toile pour une dizaine d’euros, la recouvrir de peinture, et bientôt elle vaudra 500 000 euros. Voilà ce que c’est que l’art. Dieu, lui, peut prendre des jeunes hommes, des jeunes femmes, les laver dans le sang du Christ, s’emparer de leur cœur et de leur esprit, mettre son Esprit en eux, les transformer, faire d’eux des Joseph, des Daniel, des Paul, ou les rendre semblables à lui- même. Voilà ce que c’est que la rédemption. Que devient  l’histoire de l’Egypte sans Moïse ou sans Joseph ? A quoi se réduit le souvenir de Babylone sans Daniel et les trois Hébreux, hommes de vérité, d’honnêteté , de fidélité et de pureté ?

Au Calvaire un grand prix a été, payé, le plus élevé qui ait jamais été offert pour quoi que ce soit : le sang du Fils de Dieu, rançon payée pour notre rédemption. Grâce à Dieu nous valons infiniment plus que la somme totale de tout ce qui est dans la terre ou sur la terre.

Une des questions les plus importantes que nous puissions poser est : Qui suis-je ? Ai-je de la valeur pour Dieu ou seulement pour moi et pour l’Etat ? En quoi consiste mon épanouissement personnel ? Selon la théorie de l’évolution, l’homme est légèrement supérieur aux animaux, un simple élément de matière, appelé à retourner à la poussière, un enfant des bêtes sauvages. Selon la Bible, nous avons été faits fils et filles de Dieu. Dieu nous a créés à son image. De la sorte, en allant chaque sabbat adorer, nous savons qui nous sommes et nous pouvons dire : « Je suis un enfant de Dieu, je suis capable de lui répondre, de l’aimer en retour. » Le fait d’être nés dans le péché et d’y  vivre n’est pas dû uniquement à la malchance. C’est le résultat de la séparation d’avec Dieu.

Jésus est venu dans notre monde, a pris notre nature, y a vécu comme un homme, pour nous montrer que nous avons un Père céleste qui s’intéresse à nous. Nous ne sommes pas seuls. La grandeur du salut qui nous est offert en Jésus-Christ en est la preuve.

Source: DIEU ET MOI / Editions Vie et Santé
Auteur(s): E. HEPPENSTALL