Thème(s) :

Ouvrier de paix

« Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu » Matthieu 5:9

Télémaque était un moine d’orient qui vécut au 4e siècle. Il sentit l’appel de Dieu lui disant d’aller à Rome. Il vivait à ce moment-là dans un monastère reclus. Il mit tous ses biens dans un sac et partit pour Rome. Quand il arriva dans la ville, il vit les gens qui se pressaient dans les rues. Il demanda pourquoi toute cette agitation et on lui dit que c’était le jour où les gladiateurs allait se battre et s’entretuer dans le Colisée, le jour des jeux, du cirque. Il pensa en lui-même : « Quatre siècles après que Jésus-Christ ait donné sa vie, ils continuent de se tuer les uns les autres, pour le plaisir et la superstition ! » Il courut vers le Colisée et entendit les gladiateurs disant : « Salut à toi César, nous mourons pour César ». Le moine pensant que ce n’était pas juste, sauta par-dessus la rambarde et courut au milieu du terrain; il s’interposa entre deux gladiateurs, leva les mains et dit : « Au nom du Christ, arrêtez ! ». La foule protesta énergiquement et commença à scander : « Transpercez-le, transpercez-le ». Un gladiateur vint et le frappa dans l’estomac avec le dos de son épée ce qui le fit se vautrer dans le sable. Il se leva, courut à nouveau et dit : « Au nom du Christ, arrêtez ! ». La foule se mit à chanter de plus belle, « transpercez-le, transpercez-le ! ». Un gladiateur vint et plongea son épée dans l’estomac du petit moine qui tomba dans le sable et qui devint rapidement rouge de son sang. Une dernière fois, il s’essouffla, « Au nom du Christ, arrêtez ! ». Le silence s’abattit lourdement sur les 80 000 spectateurs du Colisée. Bientôt un homme se leva et s’en alla, puis un autre, et en quelques minutes tous les 80 000 spectateurs avait évacué l’arène. Ce fut le dernier concours de gladiateurs connu dans l’histoire de Rome.

Dans son discours appelé le sermon sur la montagne, Jésus affirme notamment : « Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu » (Matthieu 5.9). Le Christ semble diriger nos regards vers une sorte de « cahier des charges de l’enfant de Dieu » dans lequel un idéal de vie de témoignage peut-être tracé. Nous sommes ainsi appelé à être enfants de Dieu, ce qui implique que nous nous investissions à la suite du Christ dans la création de la paix dans la vie de nos congénères.

Télémaque a été un artisan de paix. Il n’a pas supporté le spectacle de guerre qui se déroulait sous ses yeux, où des hommes s’entretuaient devant une foule frénétique. Peut-être ne pensait-il pas qu’il allait y laisser la vie, mais nous pouvons avancer que son témoignage en faveur de la paix a été déterminant pour la gloire de Dieu, et que cette foule sanguinaire, de même nature que nous, a pu voir en Télémaque une manifestation du caractère du Seigneur.

Nous aussi, nous sommes appelés à nous investir en faveur de la paix, dans nos foyers avec nos conjoints ou nos parents ou nos enfants, dans notre vie professionnelle avec nos collègues, dans notre communauté de foi. Le Seigneur souhaite ardemment voir en nous les caractéristiques des enfants de Dieu. Est-ce que ce sera le cas aujourd’hui ? Imaginez une planète où tous ceux qui se disent enfants de Dieu agissaient comme Télémaque ? Mon appel pour nous en cette nouvelle journée, est que le Seigneur continue à influencer nos cœurs et qu’il trouve en nous des femmes et des hommes toujours prêts à œuvrer pour la paix.