Thème(s) :

Magnifique Frégate !

« Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. Je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les préserver du mal. Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. Sanctifie-les par ta vérité : ta parole est la vérité. »
Jean 17:14b-17

Vous connaissez tous les frégates, ces grands oiseaux (jusqu’à plus de 2,40 mètres d’envergure) de couleur noire, somptueux, planant, tournoyant et virevoltant bien au dessus de nos têtes, notamment le long des plages et (surtout !) des ports de pêche des Antilles, dont les mâles arborent une impressionnante poche gulaire rouge vif à la saison des amours.

En réalité, le nom complet de nos frégates est « frégate superbe » ou encore « frégate magnifique » (Fregata magnificens), et ces oiseaux sont vraiment superbes !

Selon les vétérinaires de l’ASFA (Association pour la Sauvegarde et la Réhabilitation de la Faune aux Antilles) sur leur site, la frégate est l’oiseau qui est le meilleur des volateurs au monde, c’est-à-dire celui dont l’envergure rapportée au poids est la plus grande !

En fait, si la Frégate vit et séjourne en Guadeloupe (ainsi qu’en Martinique), où elle «possède » des dortoirs, elle n’y fait pas son nid !

Les frégates que nous admirons, et dont nous pensons qu’elles sont des oiseaux résidant et nichant sur nos îles, proviennent en fait de colonies établissant leurs nids sur l’île de … Barbuda (qui compte environ 2500 couples de frégates), au nord de l’île d’Antigua (et formant l’Etat d’Antigua & Barbuda, à ne pas confondre avec l’île de Barbade, SVP !).

Notez que ce magnifique oiseau marin ne plonge pas dans l’eau pour pêcher, contrairement au Pélican par exemple, mais attrape les poissons (ou les petites tortues et autres proies) nageant en surface, voire sur la plage ! La frégate est également grande amatrice des exocets, les fameux poissons-volants.

La frégate, oiseau marin, n’est pourtant pas adaptée pour aller dans la mer et si elle venait à y plonger ou même simplement s’y poser, elle serait alors en grande difficulté pour reprendre son envol car son plumage est trop perméable et ses pattes, qui sont assez courtes sont en outre peu palmées. Cet oiseau devrait alors être secouru.

Il en est de même pour les enfants de Dieu ! Selon le Christ lui-même, dans sa prière rapportée dans l’évangile de Jean, ses véritables serviteurs bien qu’étant dans le monde, ne sont pas du monde :

« …ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde.Je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les préserver du mal.Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde.Sanctifie-les par ta vérité: ta parole est la vérité.» Jean 17: 14b-17
 

Nous sommes tous, à un niveau ou un autre, immergés ou immobilisés à la surface des eaux du péché et seul Dieu peut nous en délivrer et nous permettre de prendre notre envol vers une vie meilleure, vers une vie sanctifiée, pour aboutir un jour in fine vers une vie sans péché !

Et si par malheur, les frégates en puissance que nous sommes, et qui auraient peut-être déjà pris leur envol, venaient à interrompre leur magnifique ballet acrobatique dans les airs pour s’abimer dans les eaux, souvenons-nous, par le biais de Paul, que « … grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ! » 1 Corinthiens 15 v. 57

Auteur(s): Olivier REGIS