Thème(s) :

Le refuge

« Regarde à droite et vois : personne qui me reconnaisse ! Plus de refuge pour moi, personne qui ait souci de ma vie ! » Psaume 142:5 (TOB)

Garder confiance au milieu de certaines circonstances est bien difficile, nous en avons tous fait l’expérience un jour ou l’autre. Le malheur fait fuir les gens, même parfois les amis les plus proches, et on se retrouve seul. C’est le moment où certains estiment qu’ils ne comptent plus. Puisque mon sort n’inquiète personne et qu’on se désintéresse de moi, je n’ai plus qu’à m’en aller pour de bon, se dit-on. C’est la tentation du suicide qui se fait obsédante. En finir une bonne fois !
David adopte une solution différente : il recourt à Dieu, il lui dit : «Regarde», il le prend à témoin, il répand sa plainte devant lui, il l’implore (v. 2,3). Il n’a plus de refuge? C’est Dieu qui deviendra son refuge (v. 6). Plus personne ne prend la peine et le temps de l’écouter? il dit à Dieu : «Sois attentif à mes cris!» Oui, la vie est parfois dure, et même cruelle à certains. Mais il y a toujours un recours pour le croyant faible et malheureux. L’adversité est trop pesante, la solitude insupportable. C’est alors qu’il faut compter sur le Seigneur et l’appeler à l’aide. C’est ce que fait David «Délivre-moi» (v. 7), demande-t-il, «sors-moi de ma prison» (v. 8), et il n’a aucun doute sur la réponse.
Même si, humainement, il n’y a aucune probabilité que la situation s’améliore, il sait que Dieu est maître des circonstances et que l’exaucement viendra au moment crucial. Il parle déjà des louanges qu’il va adresser à Dieu quand il sera délivré. Il se voit relié au cercle des justes qui s’associeront à lui pour célébrer Dieu. Voilà le genre de foi qu’il nous faut dans les temps difficiles que nous traversons : chômage, insécurité matérielle ou physique, menaces de toutes sortes, maladies, accidents, situation internationale inquiétante. Dieu n’est pas atteint de surdité, il entend et il répondra. Sachons lui laisser le choix du moment. Soyez-en sûrs, il agira.

Auteur(s): Francis AUGSBURGER