Thème(s) :

Le compas dans l’œil

« Et il répondit: Je vous le dis, s'ils se taisent, les pierres crieront! » Luc 19:40

Au début des années 1990, un chanteur haïtien, répondant au nom de Dieudonné Larose, sortait, avec son groupe missile 727 (tout un programme !), un morceau de compas (kompa) à fortes connotation et revendication politiques intitulé « Mandela ».
Cette chanson qui allait être un immense succès, tant auprès de la diaspora haïtienne que des Antillo-Guyanais  français, et dont toute une génération se souvient encore des textes, est un petit bijou sur le plan musical, notamment en matière de contretemps musicaux et de changements de rythmes mais également sur le plan des paroles.

En effet, son fameux refrain « Oh la, la, Mandela ! » (ter)  n’est qu’un aspect parmi tant d’autres de cette fameuse “bombe politico-musicale”, dénonçant aussi bien l’inertie des Nations Unies que la détresse des peuples opprimés d’Afrique du sud ou d’ailleurs.
L’un des contretemps les plus célèbres de cette chanson de compas l’a été, en grande partie, grâce à la richesse poétique et significative de son texte (tiré d’un passage biblique) :
« Au jour de la vengeance,
Dieu ne prendra en considération aucune rançon,
Tu auras beau porter des présents,
Il n’acceptera pas, au jour de la vengeance ! »
Paroles extraites du titre « Mandela », de Dieudonné Larose & missile 727

Voici maintenant, ci-dessous, le passage biblique ayant inspiré le groupe de compas :
« Car la jalousie met un homme en fureur,
Et il est sans pitié au jour de la vengeance;
Il n’a égard à aucune rançon, et il est inflexible,
Quand même tu multiplierais les dons. »
Proverbe chap. 6 vv. 34-35
Ainsi, si une chanson de compas, qui n’est pas, aux yeux de beaucoup, pour cause, le meilleur moyen d’évangéliser, si donc une simple chanson de compas peut graver dans l’esprit de plusieurs un texte biblique, les appelant implicitement à se positionner du côté de ce qui est juste en soulignant qu’un jour, LE juste juge mettra toutes les choses au point, c’est là une preuve que vraiment, les pierres peuvent crier et témoigner !

« Et lorsque déjà il (c-à-d Jésus-Christ) approchait de Jérusalem, vers la descente de la montagne des Oliviers, toute la multitude des disciples, saisie de joie, se mit à louer Dieu à haute voix pour tous les miracles qu’ils avaient vus. Ils disaient: Béni soit le roi qui vient au nom du Seigneur! Paix dans le ciel, et gloire dans les lieux très hauts!
Quelques pharisiens, du milieu de la foule, dirent à Jésus: Maître, reprends tes disciples.
Et il répondit: Je vous le dis, s’ils se taisent, les pierres crieront! »
Luc chap. 19 vv. 37-40
Moralité : Si nous avons tendance à vite revendiquer notre statut d’enfants de Dieu (« Et nous le sommes ! »), et si parfois nous nous comportons comme si nous étions des « enfants gâtés » du Seigneur, suivons plutôt le conseil de Paul dans sa lettre aux Ephésiens (chap.5 v.8) :
«Marchons comme des enfants de lumière».

Alors, à défaut d’avoir le compas dans l’œil dans les domaines de la construction ou de la conduite automobile, que notre œil (et notre esprit) soit exercé au discernement, que notre langue et nos actions soient promptes à témoigner dans le bon sens car, comme l’a dit Jésus dans Luc 16 v. 8, « les enfants de ce siècle sont plus prudents à l’égard de leurs semblables que ne le sont les enfants de lumière ».

Auteur(s): Olivier REGIS