Thème(s) :

L’arc-en-ciel

« Dieu dit : Voici le signe de l'alliance que je place entre moi et vous, ainsi que tous les êtres vivants qui sont avec vous, pour toutes les générations, pour toujours : je place mon arc dans la nuée, et il sera un signe d'alliance entre moi et la terre. » Genèse 9:12,13

En ce temps-là, toute possibilité de vie semblait définitivement anéantie. La terre, noyée par l’eau du déluge, n’était plus qu’un vaste champ de désolation où plus aucune promesse ne semblait possible.

Pourtant, un olivier s’est dressé. L’arbre de l’espérance. Une colombe, porteuse de la paix, en a ramené une brindille à Noé, en gage de promesse. Noé et les siens sont sortis de l’arche dans laquelle ils avaient trouvé refuge et la vie a repris le dessus.

C’est alors que le ciel s’est ouvert et que la voix de Dieu s’est fait entendre pour proclamer une promesse d’alliance pour les vivants et pour tous les temps à venir. Comme lors de la création du monde, la voix de Dieu a ouvert une percée afin que la vie puisse surgir du sein du chaos. C’est le Dieu des recommencements toujours possibles.

Fait significatif et répété à plusieurs reprises pour y donner du poids : l’alliance qu’il propose est présentée comme un don universel, éternel et inconditionnel. Cette alliance n’est même pas accompagnée d’un contrat exigeant une réciprocité des partenaires ou un troc quelconque : elle est unilatéralement et gratuitement de l’initiative de Dieu. C’est une promesse qui n’engage que lui.

Comme mémorial, afin de se souvenir à tout jamais qu’il est le Dieu de l’alliance, de la vie, de la miséricorde, du renouveau et de la résurrection, il place un signe concret et visible entre lui et l’humanité : l’arc-en-ciel. Il dit : « Je me souviendrai alors de mon alliance entre moi et la terre. » (Genèse 9.15)

En quoi l’arc-en-ciel est-il significatif d’une alliance et quel sens peut-on donner à ce symbole ?
L’arc-en-ciel a toujours fasciné l’homme. De nombreux mythes et légendes, aussi bien chez les Amérindiens que chez les Grecs, l’évoquent comme le signe d’un chemin entre le ciel et la terre. Dans le Japon ancien, on le nomme le pont flottant dans le ciel. Les chinois le présentent comme une fente dans le ciel. Dans ce sens, l’arc-en-ciel exprime le désir de Dieu d’ouvrir une voie de communication entre le ciel et la terre, au même titre que l’échelle tendue entre le ciel et la terre rêvée par Jacob en pleine situation de crise personnelle (Genèse 28).

Dans la symbolique occidentale, l’arc-en-ciel est souvent associé à la joie, à la gaieté et au renouvellement en tant qu’annonciateur du beau temps après la pluie. C’est donc un signe de paix et de vie qui ouvre une perspective en plein ciel menaçant.

En hébreu comme en français, le mot utilisé désigne l’arme. L’are est bandé dans le ciel comme pour signifier que Dieu est intervenu sur la terre pour changer l’ordre ancien et propulser la naissance d’une nouvelle humanité. La vie ne peut que jaillir de cet arc tendu comme le ventre d’une femme sur le point d’accoucher.

L’arc-en-ciel, révélant les couleurs de la lumière, rend visible l’espoir de retrouver la lueur de la lumière primordiale à l’origine de la création. Lumière qui avait été occultée

Enfin, l’arc-en-ciel révèle merveilleusement le désir de Dieu d’une humanité unie dans le respect de la diversité et de la différence. Le phénomène naturel est le résultat de la lumière qui, passant par un prisme, se révèle dans la diversité des sept couleurs. Sept, comme les sept jours de la création du monde, comme les sept jours de la semaine, comme les sept notes de musique qui permettent toutes les harmonies possibles.

Source: Adapté du livre "Quarante cailloux blancs" (www.viesante.com)
Auteur(s): Thierry LENOIR