Thème(s) :

La bonté de Dieu

« Fais-moi éprouver dès le matin ta bonté; Car j'ai mis en toi ma confiance. » Psaume 143:8 (Synodale)

II est beaucoup question de la bonté de Dieu, dans les Psaumes. Cependant, cette idée est présente bien avant l’époque de David et de ses chantres, par exemple dans l’épisode de la désobéissance de nos premiers parents : le soir même de leur révolte, Dieu les appelle et vient à leur rencontre, pour les arracher à une mort certaine et au désespoir; s’il montre les conséquences de leur désobéissance, il prononce aussi des paroles d’espérance. «Voyez combien l’Éternel est bon», s’écrie David au Psaume 34, v. 9.
C’est sur cette assurance de la bonté de Dieu que se fonde notre confiance en lui. Plus la bonté de Dieu est visible dans notre expérience, plus nous avons confiance en lui ; et plus nous avons confiance, plus nous devenons capables de discerner sa bonté, de la constater, de l’éprouver ou de la ressentir. Dans le verset du Psaume 34 que nous citions il y a un instant, l’impératif «voyez» est précédé de cette autre injonction : «sentez». Avez-vous cette fraîcheur de l’âme qui vous permet de sentir la bonté de Dieu ou, comme le dit l’apôtre Pierre, de la goûter? (voir 1 Pierre 2.3). Si ce n’est pas le cas, c’est que vous êtes peut-être intoxiqué. Vous avez subi sans réagir la propagande que véhiculent une littérature impie, des médias sans référence spirituelle ou morale, des films où l’on se moque de la religion et où les chrétiens sont tournés en dérision. Il est temps de revenir à des lectures et à des loisirs plus sains, qui vous rendront aptes à retrouver la saveur de Dieu. L’étape suivante nous est suggérée par la suite de la prière qui est au haut de cette page : «Révèle-moi le chemin à suivre, car je suis tendu vers toi» (TOB). En pratiquant la communion avec Dieu, notre sens spirituel ne tardera pas à s’affiner. Nous deviendrons capables de savoir ce que nous avons à faire. Tendus vers Dieu, élevés vers lui dans un élan soutenu et même, s’il le faut, dans un effort passionné, nous le percevons mieux. Sa volonté nous apparaît dans toute sa clarté, et nous n’avons pas de doute sur les choix à faire, même s’ils sont parfois déchirants et lourds de conséquences pour l’immédiat. Nous agissons non en fonction de la jungle terrestre, mais en vertu de la sainte volonté de Dieu et de la loi d’amour qui régit son royaume.

Auteur(s): Francis AUGSBURGER