Thème(s) :

Destination : royaume de Dieu

« Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. » Mat. 6 : 33.

En 1934, j’étudiais dans une université. En ces jours-là, je n’avais pas d’argent et je gagnais ma vie en servant à table dans une pension. La plupart des pensionnaires étaient des fils de riches. L’étudiant le plus sérieux était un communiste qui, un jour, m’emmena à une réunion. Ce fut passionnant, non à cause de ce qui s’y dit, mais à cause de l’esprit qui s’y manifesta. La salle était petite, on s’y entassait. Ce jeune homme était l’un des chefs. Il avait un sens véritable de sa mission. Tandis que nous retournions à la pension, je lui demandai : « Quel sera ton avenir ? Qu’as-tu l’intention de faire ? » Il répondit : « Je me sens en sécurité, non que j’aie beaucoup d’argent, mais parce que je sais où je vais : j’appartiens à un mouvement qui finira par conquérir le monde. » Je lui dis : « Tu te trompes, le communisme n’a pas d’avenir ; je suis chrétien, moi aussi je sais où je vais. Moi aussi je sais ce qui arrivera. Ce monde ne sera pas un royaume communiste, mais le royaume de Dieu. J’ai un avenir qui culmine dans l’éternité. » Ce jeune homme recherchait un royaume terrestre pour ses intérêts. Son objectif suprême était la gloire de l’homme. Pour moi, c’était Dieu, son royaume et le règne de sa justice. Sa philosophie était centrée sur le moi. Mais la mienne était centrée sur le Christ.
Voici l’heure où nous sommes en quelque sorte entre deux mondes : celui que nous connaissons et où nous vivons, et celui qui va naître, la nouvelle terre. Le premier est visible. Il est virtuellement mort, il n’a pas d’avenir : il n’y a pas de solutions pour la maladie fatale du monde dans le processus historique actuel. Le monde auquel nous appartenons est invisible. Ce monde-là mérite un dévouement plus grand que celui qu’on accorde à n’importe quelle autre philosophie ou à n’importe quel système terrestre. Le Christ seul a le pouvoir de soumettre toutes choses. Aucune expérience n’a pesé sur le destin du monde comme la création de cette terre, dont Dieu savait qu’elle se révolterait contre lui. Il savait que son saint amour devrait triompher aux yeux de tout l’univers. Nous vivons en sachant ce qui est en cause. Tous les membres de la Divinité ont tout misé sur la personne de Jésus-Christ et sur son œuvre ici-bas, et ils ont gagné.

Auteur(s): E. HEPPENSTALL