Thème(s) :

Choisir sa source

« Par la langue nous bénissons celui qui est Seigneur et Père, et par elle nous maudissons les humains qui sont à la ressemblance de Dieu. De la même bouche sortent la bénédiction et la malédiction... La source fait-elle jaillir par le même orifice l'eau douce et amère ? Un figuier peut-il produire des olives, ou une vigne des figues ? Une source salée ne peut pas non plus produire de l'eau douce. » Jacques 3:9-12

Que voici des paroles pleines de bon sens et d’une logique implacable ! C’est une invitation à vivre la cohérence qui seule nous permet d’être libres. Nous ne pouvons vivre une telle dualité tout en gardant notre intégrité et notre paix intérieure. C’est une invitation à choisir la source intérieure qui nous alimente… Déjà le roi David, dans un Psaume (62.5), décrivait ceux qui ne goûtent pas la tranquillité qui se trouve en Dieu et qui se complaisent dans l’hypocrisie et le mensonge, qui bénissent de leur bouche alors qu’au fond d’eux-mêmes ils maudissent…

Invitation à ne pas souiller la source qui est en soi. Lorsque le cadavre d’un animal se trouve sur le chemin d’une source d’eau, elle a beau être pure à son origine, elle perd toutes ses qualités. Pire même : elle devient empoisonnée ! Une parole qui maudit est pareillement porteuse de mort. Jésus risque d’ailleurs un parallèle éloquent entre un assassin et quelqu’un qui traite son prochain d’imbécile ! (Matthieu 5.21, 22) Une parole qui salit l’autre ne nous laisse pas indemnes. En salissant l’autre, c’est en réalité nous-mêmes que nous polluons!

C’est d’ailleurs aussi ce que Jésus exprime avec force en disant : « II n’y a rien au dehors de l’être humain qui puisse le souiller en entrant en lui. C’est ce qui sort de l’être humain qui le souille » (Marc 7.15) Les disciples n’ayant pas très bien compris, ou plutôt n’ayant pas envie de comprendre ces paroles, Jésus continue en disant : « C’est du dedans, du cœur des gens, que sortent les raisonnements mauvais : inconduites sexuelles, vols, meurtres, adultères, avidités, méchancetés, ruse, débauche, regard mauvais, calomnie, orgueil, déraison. Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans et souillent l’être humain. » (Marc 7.21-23)

Lorsque nous comprenons que la source de notre bonheur et de notre raison d’être est de répandre la vie autour de nous, alors nos paroles cessent de mélanger le parfum de la vie et de la mort. Et quel bonheur que de goûter la sérénité d’être en harmonie avec soi-même…
C’est souvent ce qui sort de l’intérieur de nous-même qui nous souille!

Un maître cherchant sa hache ne la trouva pas. Observant son serviteur, il vit qu’il avait le regard d’un voleur de hache, la démarche d’un voleur de hache, la voix d’un voleur de hache… Il l’accusa publiquement. On confirma la conviction du maître. Le voleur de hache fut maudit et mis en prison. Les semaines passèrent. Un jour, le maître entra dans l’une des pièces de son domaine. La hache était là ! C’est lui-même qui l’avait abandonnée là quelques semaines plus tôt… Il alla voir son serviteur. Oh, surprise ! Il n’avait plus le regard d’un voleur de hache, ni la démarche d’un voleur de hache, ni la voix d’un voleur de hache!…

Source: Adapté du livre "Aube Nouvelle" (www.viesante.com)
Auteur(s): Thierry LENOIR