Thème(s) :

Béréens Vs Béotiens

« Ceux-ci (les Juifs de la ville de Bérée) avaient de meilleurs sentiments que ceux de Thessalonique ; ils reçurent la Parole avec beaucoup d’empressement et ils examinaient chaque jour les Ecritures, pour voir si ce qu’on leur disait était exact » Actes 17:11

Il existe une expression dans la langue française (découlant apparemment d’une expression ou d’un préjugé antique athénien) pour exprimer l’idée qu’on pose une question bête, digne d’être posée uniquement par quelqu’un qui n’y connaît rien, un vrai profane voire un ignorant sur un sujet donné. Vous voyez de quoi je parle ? Exact ! Poser « une question de Béotien » !

J’avoue que ce n’est pas très gentil pour les habitants de cette antique région (la Béotie)  de Grèce située au nord d’Athènes. Mais bon, je ne suis en rien le parrain de cette expression.
N.B : Rassurez-vous (et souvenez-vous que), la Béotie et plus précisément la ville de Thèbes a eu son heure de gloire avec l’illustre Epaminondas, durant quelques années, au cours du IVe siècle avant notre ère!

Mais plutôt que de se contenter de « gober » tout ce qu’un (avéré ou pseudo) spécialiste vous dit (même si c’est une bonne chose de poser une question lorsqu’on ne sait pas ou qu’on ne comprend pas), permettez-moi de vous suggérer d’adopter une autre attitude encore plus poussée et bien plus adéquate pour faire face aux interrogations qui surgissent au cours de l’existence. En effet, elle consiste, dans la mesure du possible, à se renseigner directement à la source plutôt que de se fier à un intermédiaire, quel qu’il soit.

Ce fut l’attitude adoptée au premier siècle de notre ère par les Béréens (les habitants de Bérée, toujours en Grèce) face à la prédication de Paul dans leur ville.
Il est écrit que les Béréens « reçurent la Parole avec beaucoup d’empressement et ils examinaient chaque jour les Ecritures, pour voir si ce qu’on leur disait était exact »
Actes chap. 17 v. 11b

Donc, si voulez vérifier par vous-même (et je serai tenté d’ajouter « pour vous-même » et votre édification personnelle) les affirmations et citations ci-dessus, vous avez la référence du texte biblique cité ainsi que celle du dictionnaire consulté à savoir le TLFI (Trésor de la langue française informatisé sur le site http://atilf.atilf.fr).

Voici un exemple plus récent d’intermédiaire déformant ou travestissant les propos:
Afin d’étayer sa thèse selon laquelle le réchauffement climatique est exagéré et surestimé, le « climato-sceptique » français Claude Allègre a cité en 2010 dans son livre (L’imposture climatique) les travaux de Hâkan Grudd (en l’occurrence un tableau figurant dans Climate Dynamics en 2008), un paléo-climatologue à l’université de Stockholm.
Sauf qu’au mépris de l’honnêteté et des règles scientifiques et littéraires, Claude Allègre a falsifié le fameux tableau. Confronté ensuite au courroux de Grudd et de nombreux scientifiques, Allègre a dit, pour sa défense, que figuraient dans son ouvrage « une extrapolation », « des inexactitudes ou même des exagérations par rapport aux originaux ».
Entre autres sources, voir article du blog de Libération par Sylvestre Huet en date du 23 mars 2010 « Claude Allègre accusé de falsification par Hâkan Grudd ». Pour rappel, Claude Allègre est aussi bien connu dans le milieu de l’Education nationale (comme étant celui qui voulait faire suivre un régime amincissant au  « mammouth ») qu’en Guadeloupe (pour sa participation controversée lors de l’épisode éruptif de la Soufrière de 1976)
Permettez-moi de conclure par ce conseil de l’apôtre Paul qui, s’il était appliqué, permettrait une meilleure appréciation des choses et des faits (ainsi qu’une plus grande paix et davantage de tolérance sans tomber dans la permissivité) :
« Mais examinez toutes choses; retenez ce qui est bon. »
1ère épître aux Thessaloniciens chap. 5 v. 21
Je ne doute pas que vous serez dorénavant (si vous ne l’êtes pas déjà) de vrais BEREENS et ce, dans de multiples domaines de la vie ! Bonne(s) vérification(s) et que Dieu vous guide et vous garde.

Auteur(s): Olivier REGIS