Thème(s) :

Au menu du jour : Œufs-carottes parfumés au Moka

« Et la victoire qui triomphe du monde, c’est notre foi » 1 Jean 5:4

J’ai eu l’occasion, il y a quelques années, de rencontrer un certain Jean-Luc LEZEAU (Jean-Luc Lezeau, qui est responsable du ministère de la Gestion Chrétienne de la Vie à la Conférence Générale des Adventistes du 7ème jour, relatait cette histoire sur une émission diffusée aux Antilles françaises en septembre 2010 sur la chaîne télévisée 3ABN), français expatrié sur la côte est des Etats-Unis, et mon épouse et moi l’écoutions encore tandis qu’il évoquait l’image ci-après que nous avons trouvée très profonde.
Une jeune fille faisait part à son père de son désir de tout laisser tomber par rapport aux difficultés qu’elle rencontrait à tous les niveaux. Le père, qui était cuisinier, après avoir écouté sa fille, invita celle-ci à le suivre près de la table de cuisine et derrière les fourneaux.

Devant elle, il mit des carottes épluchées dans une marmité d’eau bouillante, des œufs frais dans une seconde marmite d’eau bouillante et enfin des grains torréfiés de café dans une autre marmite d’eau bouillante.
Après quelques minutes, le père sortit chaque ingrédient des marmites et les déposa dans trois plats différents et demanda à sa fille de goûter chacun d’eux, ce qu’elle fit. Ayant apprécié la saveur de chaque ingrédient, elle demanda à son père la raison de cette « expérience ».
Il lui répondit ceci :
« Les carottes qui étaient dures ont été ramollies après ébullition.
A contrario, l’œuf, qui était extrêmement fragile, s’est durci à l’intérieur de sa coquille au contact prolongé de l’eau bouillante. Les grains de café ont, quant à eux, donné du goût à l’eau bouillante, colorant et parfumant celle-ci d’autant plus que leur séjour s’y prolongeait.
Les trois éléments (carottes, œufs, grains de café) ont été soumis au même traitement (plongés dans l’eau bouillante) mais ils ont réagi de trois façons différentes. C’est essentiellement la structure des œufs et des carottes qui a été changée par l’eau. Mais seuls les grains de café ont modifié profondément l’élément extérieur à savoir l’eau bouillante. »

Certains, face aux épreuves, se ramollissent et perdent toute vigueur.
D’autres, au contraire, s’endurcissent et deviennent même insensibles face à la douleur ou l’épreuve ; leur cœur finit par devenir dur comme la pierre.
Enfin, puissions nous plutôt faire partie de ceux qui, face aux épreuves, plutôt que de subir ou de réagir négativement, choisissent quand cela est possible, d’agir sur les circonstances et sur notre environnement, de préférence en bien.
Ne vous lamentez pas si vous avez le sentiment d’être plutôt une carotte bouillie  ou un œuf cuit, car c’est par la foi (et souvent progressivement) que l’on distille un bon arôme de moka !
Et une « métamorphose culinaire » est toujours possible dans le bon sens !
Comme le dit un chant (« Le soldat est un enfant », Album Pas si loin d’ici  de Cathy Renzella), que j’apprécie particulièrement et qui relate une prière, dont voici un extrait:
« Les gens me disent bien courageux (se), faisant face à tout !
Mais ils ne peuvent pas voir mes ennemis qui m’amènent à tes pieds !
Ils ne savent pas que j’accours vers toi quand tous m’abandonnent,
Je dépose mon épée pour pleurer, car derrière cette armure, le soldat est ton enfant »
Bon courage pour cette nouvelle journée.
Allez, la petite pour la route (déjà citée et déclarée par l’ex « fils du tonnerre » devenu l’apôtre de l’amour, en l’occurrence Jean dans sa 1ère épître au chap. 5, v. 4) :
« Et la victoire qui triomphe du monde, c’est notre foi ».

Auteur(s): Olivier REGIS