Thème(s) :

Réveils religieux – 2

Ne nous rendras-tu pas à la vie afin que ton peuple se réjouisse en toi ? Ps. 85 : 7.

On assiste aujourd’hui à deux types de réveils religieux : d’abord celui qui se rattache à la prétention des hommes et des Eglises de rencontrer directement le surnaturel, à travers des manifestations qui paraissent miraculeuses et inexplicables ; ensuite celui qui dépend entièrement de la parole révélée de Dieu dans l’Ecriture et utilisée comme critère.

L’accent qui, dans les réveils modernes, se déplace de la parole de Dieu à la prétention d’avoir un contact personnel avec le surnaturel tend à réduire au silence I’exigence de Dieu relative à notre obéissance à ses commandements. Dans l’exaltation et l’excitation d’un contact supposé avec un signe direct du ciel, les gens tendent à devenir leur propre loi. Pour eux, l’appel à obéir à la vérité de la parole de Dieu devient une affaire froidement intellectuelle.

Il ne s’agit pas pour nous de juger la prétention de certains à une expérience de relation avec Dieu. Cette relation doit néanmoins être examinée par rapport à sa vérité ou son erreur. Seule la vérité qui vient de Dieu peut la-déterminer. Cette remarque ne discrédite en rien les sentiments profonds que nous éprouvons dans notre piété envers Dieu. Elle signifie simplement que tout mouvement vers le sensationnel et le spectaculaire en relation avec le monde spirituel doit être contrôlé par la Parole de Dieu.

Ni la foi ni l’expérience chrétienne n’émanent du fond de nous-mêmes. Elles reposent sur la Parole de Dieu et en procèdent. L’expérience chrétienne véritable n’est jamais coupée des enseignements de la Bible. Elle dépend d’une parole dont Dieu seul est responsable. La vérité. qui vient de Dieu contient plus de puissance pour la vie qu’un million d’expériences humaines dans le domaine du surnaturel. Aucun réveil religieux n’est authentique s’il ignore l’obéissance à la loi de Dieu ou s’en écarte. L’expérience religieuse de tous les gens qui vivent dans le monde ne saurait devenir le centre de l’autorité ou de la puissance spirituelle. Dans cette direction gît le mensonge.

L’émotion sans frein, la sensation spirite ou « spiritualiste » sont manifestes dans presque toutes les religions païennes du monde. Il nous faut la pondération, le calme du Saint-Esprit, la paix de l’esprit, toutes les qualités essentielles à la compréhension de la vérité, qui nous pousseront à nous y consacrer.

Source: DIEU ET MOI / Editions Vie et Santé
Auteur(s): E. HEPPENSTALL