Thème(s) :

Bannir ses paroles « pourries »

« Qu'il ne sorte de votre bouche aucune parole malsaine [pourrie] mais, s'il en est besoin, une bonne parole qui soit constructive et communique une grâce à ceux qui l'entendent. » Éphésiens 4:29

L’apôtre Paul emploie littéralement l’expression parole « pourrie »… Vous savez combien il est urgent d’éliminer d’une corbeille de fruits ce qui est pourri. Car un fruit pourri contamine inévitablement les fruits sains qui l’entourent. Le pire, c’est qu’on ne voit pas toujours où se trouve la pourriture ! Souvent, elle vient par-dessous, sans crier gare. Elle attaque de manière invisible, sournoise et lâche. D’où l’importance de tourner de temps en temps ses fruits… comme on tourne sa langue ! Ainsi en est-i l d’une parole pourrie : elle contamine de sa pourriture ce qui l’entoure, c’est-à-dire l’être qui la prononce ainsi que l’entourage qui le côtoie. Le drame, c’est que nous ne réalisons pas tout de suite ce qui est en train de se passer. Et lorsque nous ouvrons enfin les yeux, c’est trop tard : le mal est fait ! Et il continue d’agir sournoisement. Vous savez ce que c’est que la rumeur… Elle fait son chemin, tranquillement. Comme la rouille ! Nous ne savons plus très bien d’où elle vient, mais elle continue son œuvre de pourriture. Et même lorsque nous dénonçons son mensonge, i l y a toujours une petite voix en nous qui nous souffle : « Et si c’était vrai ? Après tout, une rumeur part toujours de quelque chose. Il n’y a pas de fumée sans feu… » « Calomniez, calomniez! Il en restera toujours quelque chose ! » dit-on.

Sincèrement, pourquoi nous arrive-t-il de répandre de telles paroles ? Les raisons peuvent en être multiples…Besoin de valorisation? Bizarre ce sentiment de se voir plus grand lorsque l’autre est abaissé ! Besoin de nous déculpabiliser en pointant le doigt ailleurs ? Ainsi, les regards s’orientent sur l’autre et l’on croit être libéré de notre propre culpabilité. Vous le savez bien : il n’y a pas pire accusateur que celui qui se sait coupable. Besoin de capter l’attention en faisant de l’humour ? Bizarre également comme nous confondons souvent l’humour et l’ironie ! Un humour qui fait mal à quelqu’un n’est pas de l’humour ! Entre parenthèses, la plus belle définition que j’aie trouvée de l’humour est celle-ci : L’HUMOUR c’est la rencontre entre deux mots qui sont HUMILITÉ et AMOUR… C’est fou comme nous pourrissons souvent nos paroles par de l’ironie grinçante que nous confondons avec de l’humour! Et même si l’autre rit, il rit jaune, parce que cela fait terriblement mal !

Source: Adapté du livre "Aube Nouvelle" (www.viesante.com)
Auteur(s): Thierry LENOIR