Thème(s) :

Le cri du cœur

« Ma voix crie vers l'Étemel; Ma voix implore l'Éternel. » Psaume 142.2 (Synodale)

Peut-être vous est-il arrivé de vous trouver dans une situation inextricable, et votre seul recours a été de crier vers le Dieu du ciel pour lui demander secours. C’est ce qui arriva à David poursuivi par le roi. Il est réduit à prendre le maquis. Sa maison est la caverne d’Adullam. Le proscrit «répand sa plainte» devant Dieu, il expose sa détresse en sa présence, comme l’exprime ce psaume. Il le fait avec l’assurance que Dieu connaît son avenir et le lui prépare. Son assurance vient du passé : il connaît Dieu, il s’entretient avec lui chaque jour, il est son familier. Où en êtes-vous avec Dieu? Pouvez-vous dire avec David : «Tu es… mon partage »? Êtes-vous à l’aise avec Dieu parce que vous avez l’habitude de lui parler en toute confiance de tous vos problèmes? Ou bien criez-vous à lui comme ceux qui, dans une tempête, font des vœux arrachés par l’angoisse, et dont ils s’acquittent ensuite plus ou moins bien? Il est temps, si vous ne l’avez pas encore fait, de réserver du temps chaque jour pour parler à Dieu.
Que rien, qu’aucun prétexte ne vous détourne de passer ce moment avec lui. Apprenez à l’entretenir de tout ce qui vous concerne. Vous sentez-vous indigne et désespérez-vous du cœur mauvais que vous découvrez en vous? C’est une raison de plus. Dites à Dieu la peine que vous causent votre propension au mal, vos luttes perpétuelles et stériles pour vaincre votre égoïsme, votre mondanité, ou qui sait? Vos pensées obscènes. Il vous ouvrira ses bras avec une tendre sympathie, lui qui a été tenté comme vous. Il vous rendra vainqueur du péché, lui, qui n’a jamais pactisé avec le mal et qui n’a jamais connu le péché. Il purifiera vos pensées. Il affinera vos goûts et les orientera vers ce qui est sublime. Il vous dépréoccupera de vous-même. Il vous suggérera le service personnalisé en faveur de ceux qui ont besoin de votre aide. La vie chrétienne n’est pas autre chose que cette découverte du sens du service, à l’exemple de Jésus. C’est possible si vous vous plaisez à rechercher sa présence, si vous l’invitez à être votre compagnon de route.
On n’imite pas Jésus. On se laisse façonner par son Saint-Esprit.

Source: Prier avec les psaumes / Editions Vie et Santé
Auteur(s): Francis AUGSBURGER